Le système universitaire espagnol

L’Espagne comprend plus de 70 Universités, dont la majorité sont publiques. Les villes qui comprennent le plus d’Universités sont Madrid, Barcelone et Valencia.

Le cursus espagnol

Les diplômes en Espagne et en France ne durent pas forcément le même nombre d’années. Il existe alors différents niveaux comme en France :

  • Diplomado : Il se fait en deux ou trois ans.
  • Licenciado : C’est l’équivalent de la Licence en France. Le cursus est cependant plus long, au  lieu de trois ans, il dure habituellement entre quatre et cinq ans.
  • Magister ou diploma especializada : C’est l’équivalent du Master français en deux ou trois ans.
  • Doctorado : C’est notre doctorat français qui dure encore deux ou trois ans après le Magister.

Les différentes sortes d’asignaturas (matières d’enseignement)

  •  asignaturas troncales : Ce sont les matières qui sont communes à toutes les universités conduisant au même titre officiel, que vous soyez dans une Université publique, privée ou religieuse.
  • asignaturas obligatorias : L’étudiant est obligé d’assister à certaines matières obligatoires, communes à tous les élèves d’une même filière. Pour autant, ces matières peuvent varier d’une Université à une autre.
  • asignaturas optativas : Ce sont les matières établies librement par l’université qui permettent aux étudiants de se spécialiser pour leurs future carrière.
  •  asignaturas de libre elección: Il peut s’agir de matières, de séminaires ou d’autres activités sportives ou artistiques.

Les réformes prévues du système universitaire espagnol en 2015

Depuis 2008 et avec l’augmentation de l’attrait des étudiants européens pour l’Espagne, une réforme du système universitaire est en cours afin d’améliorer son insertion non seulement en Europe mais également dans le monde entier.

  • adapter les missions, la gouvernance, le financement et les fonctions de base des universités espagnoles au nouveau contexte économique et social
  • offrir des formations universitaires basées sur des critères de qualité et d’adéquation économique et sociale, dans un souci d’attractivité au niveau européen et international
  • renforcer les capacités de recherche et développement et leur impact sur l’innovation et le bien être, dans une démarche d’insertion compétitive dans la nouvelle économie du savoir

 

Laisser un commentaire